Une Page à tourner...

Publié le 7 Mai 2010

 

Je reprends la conclusion du journaliste de Sud-Ouest pour son compte rendu du dernier match du BSCR: "une page sombre de son histoire vient d'être tournée..."  Sans autre explication!

J'aurais dit ça moi, c'était le bûcher dans la foulée

Et pourtant, vu la dernière prestation gagnante mais peu sportive de Dimanche, à laquelle j'ai préféré Agen-Lyon suivi de Biarritz-Munster, ont peut espérer que ce soit sur les valeurs de jeu qu'un nouveau chapitre de l'aventure du club s'ouvre et se referme sur celles des mauvais coups et des cartons rouges répétés.

De la jeunesse, de l'esprit neuf et aventurier, voilà ce qu'il faut rechercher et qu'on a découvert sur le pré hier, malgré le peu de publicité faite à cette manifestation: la rencontre universitaire entre La Rochelle et Bordeaux, comptant pour l'accession au titre de champion de France! Il faisait beau, seuls les enfants des écoles semblaient avoir été mis au courant mais ce n'était pas pour déplaire: la tribune était pleine!

Seul hic en ce qui me concerne, j'ai complètement zappé mon appareil photo, uniquement désireux de venir voir du beau jeu, propre et d'envergure.

Les Rochelais porteur de la chaussette noire étaient les plus nombreux de leur équipe associative, l'autre Le Bourhis, le petit cousin, jouait en 9 et a montré son grand talent de buteur. Le 10 des Bordelais lui faisant cependant largement écho !  Mais bon, la classe derrière et la puissance devant étaient du côté des maritimes, un excellent 15, un non moins excellent 14, un 8 bon baroudeur et tous les autres ont permis à leur équipe de triompher...


PS: En relisant mon article je me dis qu'à part pour l'opération de buter, je n'ai pas cité ni mis en évidence l'action des demis des deux côtés et pourtant, c'est un endroit du jeu que j'aime analyser. Comme s'il n'y avait pas eu de jeu à ce niveau-là! 

A ce niveau de compétition réservée aux jeunes gens, on peut comprendre la volonté des dirigeants de préserver leur avenir en préservant l'intégrité physique des participants, des premières lignes avant tout, donc on ne pousse pas les mêlées !!! Ainsi, tout le match de Jeudi fut ainsi, avec des gaillards de plus de 20 ans, les mêlées n'existant plus en tant que telles... Et c'est là qu'on mesure tout l'intérêt de la mêlée en concentrant les efforts des huit de devant sur un point crucial, celui qui permet aux demis de pouvoir tout simplement jouer!

Derrière un pack dominateur, le 9 peut exprimer tout son talent, ses adversaires de la 3eme ligne adverse étant obligés d'abord de rester liés, ensuite s'ils reculent, ils ont un temps de retard important pour défendre.

A l'inverse, un pack dominé sur son introduction mettra la sortie de balle dans les mains de son adversaire et son demi au tapis!

C'est le jeu fondamental du rugby.

Il faut pousser les mêlées !

Pour éviter d'avoir un jeu faussé, des demis sans cesse sous pression et des centres occupés uniquement à plaquer, d'un bord comme de l'autre. Au moins à chaque sortie de mêlée!

equipe-lycee-japonais-2

La rigueur japonaise à quinze...

 

A retrouver sur le blog de Sophie!

 


Rédigé par DDuret

Repost 0
Commenter cet article

Vinosse 08/05/2010 15:19


Je me souviens...

Et ce n'est pas seulement une question de gros qui poussent, comme je m'en suis aperçu Jeudi, il n'y a plus de jeu de charnière et au centre c'est uniquement de la bataille rangée... Tout le monde
est au même endroit en même temps...
C'est pas ça qu'on veut quand même !

Oui, j'ai préféré mettre les murs en clair...


Snödroppe/Sophie 08/05/2010 13:57


Tu as repeint chez toi! ;-)
Je ne sais pas si tu te souviens, j'avais mis en ligne un "coup de gueule" poussée par une joueuse de Sélestat qui en avait assez des mêlées simulées...