Encre BLEUE...

Publié le 10 Mars 2012

 

 

Emotion et nostalgie du temps passé, d'un temps heureux sans aucun doute, celui de l'adolescence quand on tenait à jour son petit carnet des exploits de ses sportifs préférés...

Toutes choses prises véritablement au sérieux...

 

J'ai moi même recopié les arrivées d'étape d'un très ancien Tour de France du temps des frères Broussard, de Poulidor, d'Anquetil, de Roger Anglade, de Rick Van Looy, de Rudy Altig et de Tom Simpson...

Et de Guy Epaud !

Tous les classements, du premier au dernier !  

 

C'est dire s'il ne faut pas rigoler avec ça !

 

Ci-dessous cette jolie feuille de classeur m'a été envoyée par Mr Coulombel. Il ne m'a pas précisé l'année, mais cela devait être dans la seconde partie des années 60.

 

Feuille-de-match.jpg

 

 

      L'explication par le texte de JJ Berland:


Barraud, dit Dudule, capable de jouer à tous les postes, pétri de classe
naturelle, un peu empâté mais vif comme l'éclair malheureusement décédé.


Gin, dit Gino, roi de l'esquive et du contre, flegmatique à faire pâlir un
anglais.


Davidou, un centre qui avait quelques années d'avance sur sa
génération: vista, vélocité, puissance physique, international !


Cholet, même type de joueur que Davidou, fut préféré à Maso en équipe de France junior!


Biget, junior prometteur issu du SCA malheureusement il du arrêter très tôt
pour des soucis de dos.


Ménard, issu de Villefagnan comme moi, malin comme un
singe, international Militaire au Bataillon de Joinville, a fait une belle carrière à Montauban
où il était le lutin de Sapiac.


Ciobanel, mon maître, capitaine du 15 de Roumanie. Courageux comme un Miura, plaqueur redoutable malgré ses modeste 80 kg, il explosait des types de plus d'un quintal; il est retourné en
Roumanie dans les années 1975, occupant un poste important au gouvernement,
malheureusement frappé par un cancer des os obligeant l'amputation d'une
jambe; une chaine de solidarité à été créée en France pour ses soins et
l'appareillage pas disponible en Roumanie à cette période.


Renard, issu aussi des juniors du SCA, joueur intelligent, adroit, un compagnon de toujours.


Bisch, dit le Baron, redoutable preneur de balle en touche à une époque où le
combat était très sévère lors de cette phase.


Sardin, dit Ernest; sans commentaire ici où il a un fan club !!!


Cominotti, dit le phoque, pilier stakhanoviste, dont un journaliste de Midol a écrit qu'il avait "trébuché"
dans l'embut du grand Stade Toulousain pour y marquer un essai!!


Luzarraga, dit "toto" le frère des "Autres", un n°2 qui passait ses soirées à
s'entrainer dans sa salle de séjour à talonner entre deux chaises qui
figuraient ses piliers.


Laffont dit le bougnat, jouait pilier ou troisième ligne, le guide des jeunes sur et au dehors du terrain! 

 

 

Bien entendu il s'agit d'un épisode qui concerne la grande équipe du Sporting Club d'Angoulême !!!

Une époque où le "banc" n'existait pas: quand on sortait on n'était pas remplacé... Voilà pourquoi la liste s'arrête là...

 


Rédigé par Daniel DURET

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniel Duret 11/03/2012 07:53


Ah bon !!!   J'avais vibré lors de ses ascensions de cols, même s'il n'a vait pas gagné l'étape, ça a toujours été lui le héros !!!


Et on avait pas la télé en direct à l'époque: tout au transistor !!!

Pierre 11/03/2012 01:25


Salut Daniel !


 


Guy Epaud c'est mon Oncle !!! Un grand grimpeur ce fut !